Laboratoire Lettres, Langages et Arts (EA 4152)
Création, Recherche, Émergence, en Arts, Textes, Images, Spectacles

Accueil LLA-CRÉATIS > Manifestations scientifiques

La Sibérie comme paradis

du 8 juin 2015 au 9 juin 2015

Journée d'étude organisée par le laboratoire LLA-CREATIS

Capture.PNG

Capture.PNG


La Sibérie comme paradis
Сибирь – как рай

La Sibérie représente un peu plus de deux tiers de la surface de la Fédération de Russie. Pourtant, les slavisants occidentaux, dans l’ensemble, prêtent peu d’attention à cette partie du monde ; si l’on s’en tient à la France – c’est peu, mais néanmoins symptomatique –, seulement deux chaires universitaires lui sont dédiées. Face à ce constat, il a paru utile d’organiser une journée d’étude qui contribue à corriger une méconnaissance regrettable et prenne délibérément le contrepied (non sans un brin de provocation…) des images que les Occidentaux, et souvent les Russes eux-mêmes, associent spontanément à cette « noire Sibérie » qu’évoquait Baudelaire : vide, froid, nuit, ours, bagne, quand le monde sibérien ne se réduit pas au seul acronyme Goulag.
Bien entendu, parler de la Sibérie comme terre paradisiaque — en écho à La Sibérie comme colonie, parue en 1882, du célèbre régionaliste N. Iadrintsev — ne relève pas d’une volonté de nier les conditions climatiques extrêmes de ce territoire, encore moins l’enfer carcéral qu’il a pu abriter ou le sort peu envieux qui y est encore trop souvent réservé aux peuples autochtones minoritaires. Mais il s’agit plutôt de rappeler que, paradoxalement ou non, cette terre, en raison notamment de son immensité et de son éloignement par rapport à Moscou et à Saint-Pétersbourg, a pu également être perçue, au cours des siècles, comme une terre d’asile et de refuge, comme une terre promise où ancrer des expériences sociétales nouvelles, comme une terre de liberté en rupture avec un « centre » autoritaire et prédateur. Espace protecteur pour les uns, lieu d’accueil des utopies pour les autres, la Sibérie a de plus été et continue d’être un lieu de migrations économiques. Qu’on l’envisage de l’intérieur de l’espace russe/soviétique ou de l’extérieur (de la Chine voisine notamment), ses richesses naturelles en ont fait depuis plusieurs siècles un véritable Eldorado. Sa diversité humaine en a fait également un « réservoir d’âmes » à convertir, hier comme aujourd’hui, pour les missionnaires de toutes confessions, entraînant nombre d’interactions religieuses locales, tel ce « troisième ciel sans maladies, sans impôts et sans Russes » conçu par les Ostyaks après l’œuvre missionnaire orthodoxe du XIXe siècle. Enfin, son espace fragmenté par l’histoire ne constitue-t-il pas autant d’Édens pour des modes de vie contrastés, voire opposés — des activités économiques traditionnelles des sociétés sibériennes à l’industrie du gaz et du pétrole en passant par les visées souverainistes du pouvoir central ?
Loin de « la légende noire » de la Sibérie, produit à la fois du « culturocentrisme »/ethnocentrisme du civilisateur russe/soviétique et de la perception d’Occidentaux s’inventant un Outre-Oural qui reflète les dérèglements du « centre » russe, il existe en quelque sorte une « légende dorée » dont cette journée d’étude veut rendre compte.



Programme des deux journées [PDF - 286 Ko]


Lieu(x) :

Sciences Po - Paris
Lundi 8 juin 2015 et Mardi 9 juin 2015 de 9h00 à 17h00


 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

Annuaire

 

L'actualité

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page