Laboratoire Lettres, Langages et Arts (EA 4152)
Création, Recherche, Émergence, en Arts, Textes, Images, Spectacles

Accueil LLA-CRÉATIS > Soutenances

Soutenance de thèse de Anne Pellus

le 25 novembre 2016
à 14h00

Politique(s) de l'hybride dans la danse contemporaine française : formes, discours, pratiques

Membres du Jury :

  •  Philippe Guisgand, professeur, Université Lille 3 Charles de Gaulle
  •  Hélène Marquié, maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes
  •  Muriel Plana, professeur, Université Toulouse Jean Jaurès
  •  Nathalie Vincent Arnaud, professeur, Université Toulouse Jean Jaurès

Résumé :

Quelles sont les conditions d’une politisation de la danse dans le contexte contemporain de défiance vis-à-vis du politique ? Dans quelle mesure la danse peut-elle contribuer aujourd’hui à enrichir la pensée politique, voire œuvrer à transformer les conditions de l’expérience collective ? C’est à ces questions que nous tentons de répondre en prenant pour objet de recherche la danse contemporaine française et en privilégiant une approche esthético-politique fondée sur l’analyse de spectacles. Après avoir analysé deux expériences importantes de politisation de la danse ayant marqué le XXᵉ siècle – la danse radicale et la post-modern dance américaines –, nous revenons sur l’histoire de la danse contemporaine française telle qu’elle s’est écrite depuis le début des années 1970. Bien que portée par des valeurs d’émancipation, celle-ci fait face, au cours des années 1980, aux effets de son institutionnalisation, cette normalisation donnant naissance, au cours des années 1990, à une avant-garde chorégraphique contestataire qui dénonce une « standardisation » des formes et se tourne vers le modèle de la performance réputée politique, imposant une doxa anti-fiction et un décloisonnement entre les arts et les pratiques – deux tendances qui s’imposent aujourd’hui comme de nouvelles normes sur les scènes contemporaines. À la lumière de ces évolutions récentes, nous faisons l’hypothèse que, pour se politiser, la danse contemporaine gagne plutôt à prendre ses distances avec la performance pour expérimenter d’autres formes d’hybridations (avec le théâtre, le cinéma, les arts plastiques) ; qu’elle gagne en particulier à se théâtraliser. Nous confrontons cette hypothèse à dix œuvres récentes des chorégraphes Alain Buffard, Héla Fattoumi, Éric Lamoureux et Maguy Marin, créées entre 2004 et 2013. Après avoir étudié les intentions des artistes à travers leurs discours et leurs pratiques, nous analysons les œuvres en tentant de montrer en quoi leur forme originale constitue la mise en œuvre d’une politique de l’esthétique, raison pour laquelle leur hybridité constitutive, expérimentale et critique, se distingue de la mixis scénique formaliste qui fait florès sur les scènes contemporaines.


Lieu(x) :
Université Toulouse Jean Jaurès
Maison de la Recherche - Salle D 29


 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

Annuaire

 

L'actualité

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page