Laboratoire Lettres, Langages et Arts (EA 4152)
Création, Recherche, Émergence, en Arts, Textes, Images, Spectacles

Accueil LLA-CRÉATIS > Soutenances

Soutenance de thèse de Irène DUNYACH

le 16 mars 2017
à 14h00
Avec une exposition des travaux

Les objets éditoriaux de la transition - Expériences de lecture à l'angle des pratiques transversales

Membres du Jury :
  • Anne Beyaert-Geslin, professeur, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne
  • Christine Buignet, professeur, Université Aix Marseille 1
  • Fabienne Denoual, maître de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès
  • Philippe Ortel, professeur, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne
  • Alexandra Saemmer, professeur, Université Paris 8 Vincennes

Résumé :

Cette recherche en design graphique interroge l’objet éditorial comme support d’expériences de lecture qui tissent des liens entre le lecteur et les contenus fictionnels, et qui génèrent des ressentis en écho avec ces contenus.

Lorsque l’on s’intéresse au milieu littéraire, le premier constat qui s’impose est que la grande majorité des livres produits le sont à l’identique. Nous défendons ici une conception éditoriale qui mette en place des relations entre le sens contenu dans le récit et celui émergeant des agencements graphiques. Cela implique que chaque oeuvre littéraire soit mise en forme séparément, dans un agencement qui lui est spécifique.
Le second constat qui se dessine émane du contexte éditorial dans lequel nous nous trouvons. L’environnement numérique devenu omniprésent, l’univers littéraire subit des transformations importantes qu’il convient d’interroger. L’envie de travailler l’objet éditorial sur les deux supports différents — papier et numérique — de manière simultanée est arrivée rapidement en réponse à ce second constat.

Je propose ici un cheminement prospectif, et je fais valoir ma posture comme flottante entre art et design. Cette réflexion m’a conduite vers une approche de moins en moins pragmatique du design graphique, et de là ont émergé plusieurs métaphores, comme celle de la constellation, de l’environnement cosmique, du jardin, du seuil, du portique, du passage, de l’ouverture, du trou, du paysage, qui sont toutes à regrouper sous la notion centrale de la spatialité. À partir d’une perspective poétique, cette idée de spatialité vient résumer ma vision de l’objet éditorial comme une étendue spatiale à modeler, façonner, et traverser.

Pour ma pratique, je travaille à des mises en formes de textes (romans et nouvelles déjà existants) de littérature fantastique et de science-fiction. Le but est de pousser à des interrogations comme « Et si... ? », de créer l’incertitude, et le flottement. Il est évident que les productions qui résultent de ma réflexion rompent avec les schémas éditoriaux établis et génèrent des bouleversements au sein de la pratique de la lecture telle que nous la connaissons. Il ne s’agit pas de travailler à une optimisation des conditions de la lecture mais bien de questionner les modalités d’incarnation des contenus fictionnels en fonction d’une expérience qui transforme le lecteur ; en cela, je remets en question la notion de facilité d’accès aux contenus littéraires.

La première partie de la thèse a pour but d’ancrer l’objet éditorial dans une spatialité fragmentée, pour voir comment ses principes organisationnels peuvent s’étaler, de fractionner, et dans le même temps être interconnectés. La deuxième partie se focalise sur les espaces périphériques de l’objet éditorial et de l’expérience de lecture, pour développer une expérience flottante qui place le lecteur en retrait du réel. La troisième partie se propose de développer plus encore le principe d’extraction en interrogeant les formes graphiques de la transition.
 

Lieu(x) :
Université Toulouse Jean Jaurès
Bâtiment La Fabrique - Salle FC 101

 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

Annuaire

 

L'actualité

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page