Laboratoire Lettres, Langages et Arts (EA 4152)
Création, Recherche, Émergence, en Arts, Textes, Images, Spectacles

Accueil LLA-CRÉATIS > Soutenances

Soutenance de thèse de Marco Giuliani

le 5 décembre 2014
à 14h00

Identité, évolution et organisation interne des programmes poético-musicaux dans les recueils italiens de madrigaux et canzonette di diversi autori de la Renaissance

Membres du Jury :

  • Philippe Canguilhem, professeur, Université Toulouse - Jean Jaurès
  • Domenico Fabris, professeur, Universita Degli Studi della Basilicata
  • Nicoletta Guidobaldi, professeur, Universita  di Bologna Alma Mater Studior
  • Anne Piejus, Directeur de Recherche, CNRS de Paris

Résumé :


La bibliographie sur la polyphonie profane italienne des XVIe et XVIIe siècles, qui décrit aussi le répertoire des éditions de plusieurs auteurs (par rapport à des livres d'un seul compositeur) est restée jusqu'à aujourd'hui la moins connue, la moins cataloguée et la moins mise à jour malgré les efforts des nombreux chercheurs talentueux. Reléguée à une section secondaire du «Vecchio Vogel» (1892) et révisé avec autorité par Alfred Einstein (1962), sa complexité variée a été éludée par la musicologie systématique, avec quelques exceptions rares, mais partielles (Lincoln, Lewis Bernstein.)
Le Nuovo Vogel (1977), qui avait prudemment évité ce vaste répertoire 'collectif', non sans certaines inclusions incorrectes (Balbi, Barré, Doni etc.), n’a toujours pas été mis à jour, plus de 35 ans après sa sortie. Même le grand effort de catalogage RISM (B/I) ne donne aucune garantie d'exhaustivité ni d’utilité suffisante, car il n’affronte pas de manière systématique, par exemple, les problèmes de l'anonymat de plus de mille pièces, ou ce ‘Di incerto autore’ dispersé dans l'histoire de la musique vocale imprimée au Renaissance. Cela signifie qu'à ce jour, le savant qui veut examiner consciemment la genèse, le mouvement et la documentation historique de première main sur une
pièce donnée, ou sur les madrigaux d'un livre collectif (que par souci de concision, nous avons défini UBI) doit feuilleter un répertoire de plus de huit mille textes de madrigaux. (UBI et uesi sont des néologismes pour décrire le répertoire que nous étudions).
De nombreuses études, bien que limitées à certains livres, ont documenté la richesse musicale, littéraire, linguistique, géographique et professionnelle de ce grand répertoire de pièces de musique, ressentant le besoin d'un ordre plus important, sans que rien de tel n'ait été fait.
À ce besoin urgent a répondu un travail du présent auteur consacré à l'indexation complète des livres, des textes, des dédicaces, des notes internes et des documents originaux que ce répertoire présente: ce nouvel outil bibliographique est appelé RIM (musique de la Renaissance italienne).
La transcription intégrale de plus de 98% des textes mis en musique dans ce répertoire avec le nécessaire soutien informatisé et numérisé permet à tous ceux qui s'occupent de l'historiographie musicale italienne de la Renaissance non seulement d’identifier d'un grand nombre de pièces jusqu'aujourd'hui anonymes, mais constitue aussi un progrès dans de nombreux domaines du madrigal italien. Ce n’est qu’une fois que le RIM a été disponible qu’il a été possible de mener une enquête systématique sur l'organisation interne des UBI.
Cette thèse est donc une recherche systématique sur l'organisation interne des anthologies (que l’on définit ici comme un choix de chansons déjà connues) et des edizioni collettive (à la différence des anthologies, les éditions collectives contiennent un choix de chansons originales), disposées de manière appropriée afin d'identifier et d'offrir des programmes structurés selon les intentions des coordinateurs-compilateurs, ou de celui qui signe la dédicace, ou encore des artistes qui les ont compilées dans le but d'honorer et d'illustrer leur propre communauté. Environ 150 livres étudiés nous permettent d'identifier une richesse jusque-là inconnue de propositions collectives et
d'ingénieuses organisations texte-musique, qui conduisent à la fin de la période à la création du livret d'opéra ante litteram avant l'avènement même du mélodrame.

Lieu(x) :
Université Toulouse Jean Jaurès
UFR Langues-Philosophie / Salle du conseil



 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

Annuaire

 

L'actualité

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page