Le plurisystème ponctuationnel français à l'épreuve de la poésie contemporaine

Publié le 23 janvier 2015 Mis à jour le 2 octobre 2015

Michel Favriaud

Cet ouvrage a pour objet la ponctuation contemporaine, domaine délicat où chacun se sait hésitant, faute, dit-on, d’un traité de ponctuation qui règlerait définitivement les usages… Prenant en compte les marges négligées – le blanc, les enrichissements, les diacritiques – la présente étude propose un plurisystème comprenant ponctuations (a) noire, (b) blanche, (c) grise, (d) phonique, dont chacune actualise un type d’unité discursive, un modèle propre de syntaxe et de sémantique. Le choix d’un corpus poétique se justifie par les expérimentations singulières de Nodier et Mallarmé, Saint-John Perse et Michaux, Du Bouchet, Jaccottet, Gaspar et Sacré, les sonores de la génération actuelle, Tarkos, Rebotier, Pey, Verheggen… Le traité parfait de ponctuation n’existe pas – heureusement. Car c’est toute notre liberté qu’il mettrait en jeu, toute la négociation entre des normes sociales plus ou moins établies et une subjectivité à réaffirmer sans cesse dans l’écriture. La ponctuation reste toujours à étudier, conquérir, inventer.