Écritures dramatiques et scéniques d'Amérique latine aujourd'hui : quelles émancipations ?

Publié le 14 janvier 2020 Mis à jour le 18 novembre 2020
du 25 novembre 2020 au 27 novembre 2020

Visioconférence :
Accessible en ligne à partir du site suivant www.collectif-quetzal.com.
Attention inscription obligatoire par mail : quelles.emancipations@gmail.com
 

Los indios estaban cabreros, par le groupe de théâtre communautaire argentin El épico de Floresta Photographie : Lucie Elgoyhen
Los indios estaban cabreros, par le groupe de théâtre communautaire argentin El épico de Floresta Photographie : Lucie Elgoyhen
Cette rencontre a vocation à fédérer un réseau de chercheur⋅euse⋅s sur la création dramatique et scénique latino-américaine contemporaine. Elle a lieu significativement vingt ans précisément après la création des « Roswita », réseau conçu alors afin de visibiliser la recherche concernant le théâtre espagnol contemporain. Si « Roswita » s’était par la suite ouvert à l’Amérique latine, l’Espagne est restée jusqu’à présent le centre principal de ses activités. C’est pourquoi, avec le parrainage des « Roswita », et une collaboration entre les laboratoires du CHER de l’université de Strasbourg et de LLA-CREATIS de l’université de Toulouse, l’enjeu de ces journées d’études est d’impulser ce nouveau projet avec, pour nom provisoire « Quetzal » (Questions théâtrales sur la Zone d’Amérique Latine) et, pour premier axe, celui des émancipations.
Cette première rencontre scientifique se propose ainsi de questionner le rapport dialogique entre l’effervescence actuelle des productions dramatiques et scéniques, et celle des mouvements d’émancipation qui se déploient en Amérique latine sous diverses modalités. En effet, alors qu’en termes de politique institutionnelle, on assiste à l’épuisement du cycle progressiste (virage libéral en Équateur, crise terminale du chavisme au Venezuela, retour au pouvoir de la droite en Argentine et au Chili ou de l’extrême droite au Brésil et en Colombie), une mosaïque diverse de mouvements et de mobilisations d’une grande vitalité continuent à porter des ambitions émancipatrices dans tout le continent : renouveau du mouvement féministe (avec la manifestation #Niunamenos ou le mouvement pour la dépénalisation de l’avortement en Argentine), occupation (le Mouvement des Travailleurs Sans Toit), Mouvements pour les Droits de l’Homme ((Madres et Abuelas de Plaza de Mayo ou H.I.J.OS par exemple en Argentine), réappropriation des ressources et des moyens de production (les aqueducs communautaires en Colombie), émergence d’économies et de pédagogies alternatives (l’Escuelita d’EZLN au Mexique), de sociétés alternatives (les Mapuches au Chili, les zapatistes au Mexique), de mouvements alternatifs de pensée critique (Le groupe Modernité/Colonialité), de perspectives alternatives théoriques (le féminisme décolonial), pour n’en citer que quelques-uns.
Comment les scènes latino-américaines contemporaines s’articulent-elles à ces nouvelles dynamiques ? Loin de reconduire le stéréotype d’un théâtre latino-américain circonscrit à la question politique, l’enjeu est de favoriser cet axe problématique en prenant en compte ce contexte spécifique. De plus, si le théâtre politique n’est pas entendu comme synonyme de “théâtre militant”, il ne s’agit pas non plus d’exclure ce dernier. Ce sont les « écritures théâtrales », dans leur ensemble, et dans leurs rapports (critiques, de reconduction, de co-construction, de rejet) aux mouvements d’émancipations existants qui font l’objet d’une étude.

Le programme de ces journées est à télécharger ICI.

Inscription obligatoire :
quelles.emancipations@gmail.com

Responsable(s) scientifique(s) : Lîlâ Bisiaux, Erwan Burel, Nina Jambrina, Anne Pellus, Joana Sanchez, Gabriella Serban, Agnès Surbezy,